La voltige - Présentation

La voltige aérienne, qu'est-ce que c'est ? ? CAP232 de Patrick PARIS

La voltige, qu'est-ce que c'est? | La voltige, pourquoi? | La sécurité, la physiologie | Les avions | Un peu de technique

La voltige aérienne est un sport aérien, comme le vol à voile, le parapente ou le parachutisme, et un sport mécanique.

Elle se pratique sur des avions à moteur (mais aussi sur des planeurs) spécialement adaptés. En général légers et bien motorisés, ces avions peuvent voler indifféremment sur le ventre ou sur le dos (grâce à une alimentation et à un graissage dos du moteur) et peuvent subir des accélérations ("g") plus élevées que la plupart des autres aéronefs, lors d'évolutions plus serrées.

La voltige aérienne est une activité presque aussi ancienne que l'aviation elle-même, depuis qu'Adolphe Pégoud dans les années 10 aurait eu l'idée de tourner la première boucle ("looping") quand il vit son avion en faire une - tout seul - après qu'il l'eut évacué pour sauter en parachute...

La voltige est une activité parfaitement codifiée, comme le patinage artistique ou la gymnastique, avec des figures répertoriées, qu'une formation progressive et solide permet de pratiquer en toute sécurité. L'improvisation est exclue de la voltige aérienne et ceci concourt à une pratique à haut niveau de sécurité.

Suhkoi 31
La voltige aérienne, pourquoi ?

La voltige, qu'est-ce que c'est? | La voltige, pourquoi? | La sécurité, la physiologie | Les avions | Un peu de technique

Tout d'abord, la voltige aérienne perfectionne chez le pilote des qualités que la progression vers le brevet lui a seulement permis de découvrir et commencer à développer: aisance dans la totalité du domaine de vol de l'avion, dextérité, précision, acuité du regard, rapidité d'interprétation et de décision, etc... c'est donc aussi le moyen d'explorer les trois dimensions de manière beaucoup plus intime que par de simples montées-descentes...

Mais la voltige, c'est aussi une activité sans cesse renouvelée : d'un vol à l'autre, les conditions météorologiques évoluent, les figures très variées peuvent être combinées dans des enchaînements sans cesse différents, la dextérité progresse, le plaisir de la réussite s'affirme et récompense les efforts fournis.

Et puis, la voltige, c'est une activité sportive que l'on prend goût à perfectionner ; ce sont des défis techniques que l'on relève ("il n'y a pas de raison que j'y arrive moins bien que les autres...") ; ce sont bien sûr de courtes défaites lorsque l'on découvre que la maîtrise de ses réactions physiques et émotives n'est pas toujours celle espérée par son amour-propre mais aussi et surtout de grandes joies et des victoires sur soi-même lorsque l'on réussi un geste technique qui faisait un peu douter...

De plus, la voltige est une activité individuelle qui se pratique... en groupe : lorsque l'instructeur s'efface devant le pilote confirmé, c'est l'entraîneur ou le copain, qui interviennent pour donner son avis de juge improvisé sur le vol, ou seulement pour assurer à la radio la sécurité visuelle dans la zone d'évolution, ou donner un conseil, un truc...

C'est enfin le goût subtil des victoires en compétition, lorsque le sentiment confus du savoir-faire maîtrisé se confirme par un podium...

Les pages "Progression initiale" et "Niveaux de compétition" donnent plus de détails...

La sécurité, la physiologie
CR100

La voltige, qu'est-ce que c'est? | La voltige, pourquoi? | La sécurité, la physiologie | Les avions | Un peu de technique

La sécurité est une préoccupation de tous les instants, tant pour les pilotes que pour les entraîneurs et instructeurs. En particulier, il n'y a eu aucun accident corporel en compétition depuis que celles-ci existent et sont codifiées comme pour les autres sports.

La sécurité est maintenue au plus haut niveau :

- par la nature des avions, qui sont conçus spécialement pour cela,
- par le port du parachute, qui est obligatoire,
- par l'attention renforcée que chaque pilote apporte à son avion avant de voler,
- par l'expérience capitalisée et transmise d'instructeurs à pilotes, et de pilotes à pilotes,
- parce que le but est d'exploiter au mieux le domaine de vol, mais au juste nécessaire, et sans en sortir,
- par le fait que voler mieux et réussir en compétition ne signifie pas voler plus bas, plus vite, plus fort...
- par la progressivité de la formation et du perfectionnement au travers des niveaux qui permet à chacun d'accoutumer son organisme progressivement et d'étendre ses performances avec des machines de technicité croissante.


En particulier, l'accoutumance aux facteurs de charge et aux effets des évolutions en roulis s'acquiert peu à peu, et l'ensemble de la progression s'adapte aisément à la physiologie de chacun. L'homme n'est pas né pour voler, et encore moins pour voltiger. Les instructeurs sont donc très avertis, guident les pilotes et les aident à gérer au mieux la fatigue, le stress, etc., en tenant compte du rythme de chacun.

G202
Les avions

La voltige, qu'est-ce que c'est? | La voltige, pourquoi? | La sécurité, la physiologie | Les avions | Un peu de technique

Pour voltiger, il est nécessaire d'utiliser un avion autorisé. Cela signifie que son certificat de navigabilité doit préciser qu'il peut être exploité en catégorie "A", pour "acrobatique".

L'avion autorisé a donc un domain de vitesses utilisables entre le décrochage et la vitesse maximale (VNE) suffisamment grand pour pouvoir effectuer les figures de base du premier cycle sans sortir du domaine de vol autorisé et sa structure est capable de supporter, avec les marges nécessaires, des facteurs de charge d'au moins +6 g et -3 g. L'avion doit d'autre part être équipé d'une ceinture à cinq points d'attache (baudrier, sous-ventrière et épaulières) et d'une ceinture-baudrier supplémentaire de sécurité.

La voltige s'effectue obligatoirement équipé d'un parachute individuel de secours.

La flotte d'avions biplace-école est assez étoffée en France et constituée en grande majorité de CAP 10 (CAP Aviation, ex Mudry) et de CR 100 (Dyn'Aéro). Ce sont en général des avions à train classique, ce qui peut demander au début un petit apprentissage supplémentaire.

La compétition de haut niveau s'effectue sur des avions monoplaces ou biplaces de haute performance, comme la lignée des CAP : 20, 21, 231, 231 EX, 232, et plus récemment, le G 202 (futur CAP 222), ou les EXTRA 300 et 300 S, Sukhoï 26, 29 et 31 par exemple.

Un peu de technique
Pitts

La voltige, qu'est-ce que c'est? | La voltige, pourquoi? | La sécurité, la physiologie | Les avions | Un peu de technique

La voltige aérienne est un sport de présentation. Son objectif est la perfection du geste et la parfaite symbiose entre le pilote et sa machine, concourant à une performance esthétiquement intéressante et plaisante pour un public ou des juges au sol.

Le principe est donc de savoir exécuter dans un volume d'espace aérien délimité, appelé "BOX" (1 km x 1 km x 1 km, à partir d'une altitude minimale de vol 100m), un programme de vol constitué d'un enchaînement de figures.

Les figures sont toutes codifiées dans un catalogue général nommé catalogue "ARESTI" du nom du Comte Jose Luis Aresti, célèbre voltigeur espagnol.

Les figures sont toutes basées sur une combinaison de trajectoires et de rotations. Les trajectoires sont elles-mêmes des combinaisons de lignes droites (verticales par exemple) et de portions de boucle (ressources en tangage de toute nature). Les rotations sont un "habillage" de la figure, sous forme de tonneaux de toute sorte (un tour, deux tours, avec des facettes, etc...).

La géométrie des figures doit alors être respectée : par exemple, les portions de boucle doivent être parfaitement circulaires... lorsque l'avion est en montée verticale, le fuselage doit être absolument vertical et les ailes dans le plan de l'horizon, etc... Cependant, il est également nécessaire d'évoluer de manière optimisée en distance (positionnement en latéral et en altitude) vis-à-vis des juges situés en bordure du "box" afin de présenter les figures au mieux en fonction des conditions météorologique (vent). Cela demande parfois de jouer subtilement avec la géométrie des figures en tenant compte de ce que les juges peuvent ou ne peuvent pas voir depuis leur place. Ceci résume le challenge qui constitue le coeur du métier du voltigeur accompli et la clé du succès.